Combat

Les Alpes sont une terre de dialectes. Nos aïeux parlaient les patois, nous ne les avons jamais appris. Non par dédain, mais la transmission n’a simplement jamais eu lieu. Notre intérêt pour les langues tient-il de ce manque, de cette difficulté à accéder à une source qui était à notre portée ?
Qu’aurions-nous perdu en perdant la langue que parlaient nos grands-parents ?
Que peut nous apporter un dialecte si nous le réinterrogeons aujourd’hui ?

Olivier Lovey

La forme théâtrale de ce projet se veut performative. Par performance nous entendons : acte non figé.
Un face-à-face, entrecroisement, entrechoquement de deux langues : la langue écrite et la langue parlée. Des actes déroulant la part d’un récit universel. Une plongée dans le foisonnement des mots, des sons, des influences, des enjeux, de la mémoire, du territoire, du commun. De la question de la poésie. De la question de l’enracinement et du déracinement.

Création: Théâtre Les Halles – Sierre, 8-18 décembre 2016.

Reprise: Le Galpon – Genève, 10 & 11 mai 2017.

Luzern – Poesiesommer, juillet 2017.

Avec le soutien de la Loterie Romande, le TLH, le Canton du Valais, le Malévoz quartier culturel et Le Galpon.